Les différents types de sols au jardin

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Parfois argileux ou au contraire calcaire, chaque plante apprécie un sol différent. Vous souhaitez donc connaître la nature de votre sol et savoir comment l’améliorer ? Lisez cet article !

Temps de lecture : 4 à 5 minutes

Généralités

Il est important de connaître la nature de votre sol pour choisir des plantes adaptées et faire des apports judicieux en fertilisation et en amendement. 

Le sol est composé de 4 éléments fondamentaux : 

  • l’argile : absorbe et retient l’eau ;
  • le sable : permet un sol meuble et perméable ;
  • le calcaire : apporte du carbonate de calcium ;
  • l’humus :  enrichit le sol après décomposition de matières organiques comme les feuilles.

La terre argileuse

Au dessus d’un sol argileux, vous retrouvez souvent des boutons d’or, des pâquerettes ou encore des liserons. Il est également reconnaissable par son aspect en motte. De plus, lorsque celui-ci est humide, il colle. Au contraire, quand il est sec, la terre est très dure. Ayant des particules dites « fines » (inférieure à 2 µm), la terre argileuse retient énormément l’eau. C’est un avantage pour les cultures car le sol est presque toujours humide, évitant ainsi le dessèchement de la terre. Par contre, faites attention, elle sera aussi très vite saturée en eau car ses micropores sont très petits. Il se forme régulièrement des flaques d’eau sur la terre argileuse après de fortes pluies. De manière générale, cette terre est difficile à cultiver. La forte teneur en eau se révèle être un vrai problème à la sortie de l’hiver car son réchauffement est très lent. Les cultures seront donc d’autant plus sensibles aux risques de gel.

Blobs tips : Pour l’améliorer, apportez du sable et du compost.

La terre sableuse

Une terre sableuse est l’opposée d’une terre argileuse. En effet, ses particules sont beaucoup plus grosses ce qui l’empêche de retenir l’eau.  La terre est donc très légère et ne possède aucune cohésion. Son avantage principal est sa perméabilité à l’eau. Elle se réchauffe ainsi très rapidement, permettant à certaines plantes de survivre en hiver. Cependant, l’effet inverse se produit au moment de l’été car la terre a tendance à fortement sécher. Il faut donc l’arroser très souvent et en grande quantité. Malgré une bonne aération, une terre sableuse est sèche et pauvre en matières organiques. 

Blobs tips : Ajoutez du terreau pour l’enrichir et couvrez d’un mulch (paillage organique), la terre retiendra mieux l’eau et les éléments nutritifs.

La terre calcaire

Principalement composé de carbonate de calcium (CaCO3) issu de l’accumulation de dépôts marins lors des périodes géologiques, il n’est pas rare de croiser des fossiles dans un sol calcaire. Elle arbore une couleur blanchâtre, sèche et très friable. Il existe une méthode très simple pour vérifier si votre sol est calcaire ou non. Il suffit de verser du vinaigre blanc sur un échantillon de terre. Elle sera calcaire si de la mousse blanche apparaît. La particularité de ce sol est sa forte capacité de drainage. Cependant, celui-ci peut l’être un peu trop et a tendance à entraîner par lessivages tous les éléments nutritifs importants. Par exemple, si vous apercevez des carottes sauvages, le sol est calcaire et pauvre. Au contraire, en présence de coquelicots ou d’adonis, la terre est calcaire mais riche en humus.

Blobs tips : Pour une terre plus cultivable, il est possible de bâcher la terre au printemps et de couvrir le sol d’engrais verts afin de la protéger.

La terre limoneuse

Ce sol est facilement reconnaissable par sa couleur foncée. Généralement, une terre limoneuse est douce au toucher car elle est poudreuse mais poussiéreuse lors des sécheresses. En revanche, elle est collante en temps de pluie. De plus, lorsqu’il est piétiné, ce sol est tassé et compact. Également appelé terre humifère, celle-ci est assez grumeleuse et assez proche d’une terre argileuse mais possède néanmoins plus d’éléments nutritifs. La terre limoneuse possède des particules de taille moyenne entre l’argile et le sable.

Blobs tips : apportez du calcium et de l’humus. 

Une terre siliceuse

Comme son nom l’indique, un sol siliceux est composé en grande partie de silice. Ce minéral se trouve sous la forme de sable. La terre siliceuse est très pauvre en calcaire, et se dessèche très vite. Il manque de consistance, est facilement traversé par l’eau et le chiendent et la bruyère y poussent spontanément. On retrouve majoritairement ce type de sol dans le Massif Central ou dans les zones rocheuses de la Bretagne.

Blobs tips : apportez annuellement des fumures organiques et du compost pour l’enrichir.

La terre tourbeuse

La terre tourbeuse est très acide et riche en matières organiques. En hiver, cette terre devient une véritable éponge et absorbe toute l’eau avant de la restituer en été. Elle est souvent très reconnaissable par sa couleur très sombre voire noire. Sa texture est également spongieuse au toucher. Une terre siliceuse ou tourbeuse, doit être travaillée au préalable avant de pouvoir devenir cultivable.

Blobs tips : ce sol nécessite un apport en chaux tous les 3 ans.

Vous avez désormais toutes les connaissances sur les différents sols existants. Prêts à cultiver avec nous ? Lancez-vous et installez un potager !

Dites-nous en plus sur votre projet, notre équipe de passionnés vous recontactera dans les plus brefs délais.